Catégorie : adulter

Quand mes colocs sont morts

trop d’amour en moi  j’vais m’prendre que des gifles je pense que je pense trop quand mon coloc est mort en longeant la Cote d’or en lorgnant sa plaque d’or d’une balle dans la tête d’un tronc dans le corps j’ai repensé l’indifférence j’ai découvert l’intelligence de ceux qui pieux se taisaient pour toutes condoleances…

Lire la suite de Quand mes colocs sont morts

La vérité

Demande à Gaël ce qu’il pense de la ponctualité. “si toi ca t’a touché, fais tourner. Sinon, reviens après ta prochaine rupture amoureuse.” J’ai vu un frère mourir Et j’veux plus avoir à faire à ça J’peux plus m’en vouloir  pour une simple histoire de braquage de boulard  de costard et de cauchemar de dollar…

Lire la suite de La vérité

Tout le monde peut poémer

Faut juste sortir de son coeur de l’étreinte de la peur  se défier de ce leurre pour écouter tous ses pleurs j’suis ni dealer  ni consommateur  so I’ll never get high  on my own supply  faut se défaire de cette sensation pour embrasser la chaleur du son entre mon corps et mon coeur   entre mes…

Lire la suite de Tout le monde peut poémer

Puisqu’il faut prier,

Il y-a du wifi à l’église.  Désolé si je blasphème, à l’approche de tes pas je rengainerai ma rengaine. Et cette porte était ouverte, je n’y crois pas. Ça me rappelle une amoureuse. Elle et moi. Des pas et des pas, des envies qui se multiplient, des sexes qui s’étreignent.    Tout ce chemin pour…

Lire la suite de Puisqu’il faut prier,

Elle s’appelait Violette

Elle avait le cou qui sentait la cerise c’était fruité c’était rouge  c’était départ enivrant énigme à dépasser départs à accepter c’était de nouveaux amours des prélèvements de soi, des au revoir sans rancune des lèvres juteuses et pulpeuses désolé de désirer ces sons et ces lettres des mots des maux et des grincements  de…

Lire la suite de Elle s’appelait Violette

Pourquoi j’ai mangé mon père?

Ça tombe bien, ce n’est pas le but de mon récit. Ce n’est pas ainsi que j’ai souhaité commencer mes écrits. Cet espace, pour citer Sekloka, c’est l’espoir de devenir adulte en clamant ses écrits d’adolescent. Cet espace, c’est le fruit d’une route sinueuse, c’est le début d’une décision sordide: c’est le désir de rendre…

Lire la suite de Pourquoi j’ai mangé mon père?